jeudi 25 août 2011

#4 La gifle

Ensuite, j’ai chaussé mes lunettes, histoire de faire plus sérieuse pour m’attaquer au So long, Luise de Céline Minard sorti le 18/08/2011 chez Denoël.

Alors, là, messieurs dames, on est dans la cour des grands.
Voire des grandes.

Céline Minard, réussit le tour de force de convoquer sous sa plume deux mille ans de tradition littéraire et orale, pour dire tout le souffle épique d’un amour entre deux femmes, quand elles sont deux artistes, dont une écrivain. Avec donc, de façon sous-jacente à ce long poème d’amour, traversant les âges et brouillant les pistes, un message fort et lourd sur la frontière - ou la non-frontière - entre la fiction et la réalité.


Céline Minard est une guerrière, une guerrière qui pourrait revêtir diverses formes : comme la vamp (Cf Olimpia), un personnage de sf (Cf Le dernier monde), pour enfin nous arriver en très vieille femme écrivant une lettre testamentaire d'amour à sa compagne.


Mais alors, fermez les yeux et imaginez donc un peu : la vieille écrivain, glam', amoureuse transie de sa vieille glam' (aussi) et très extravagante artiste....et imaginez la donc étriper, tordre, vider, éreinter les mots, tous les mots, pour n'en retenir que l'essentiel.
Imaginez les, sillonnant les plus folles soirées parisiennes, ou N.Yorkaises, imaginez les en forêt, chassant le sanglier, en trébuchant contre les trolls, imaginez les donc se jouer de nous, et de nos absolument débiles, désirs de voyeurs et de vérité.

Quelle vérité ?
Brillant.

A noter : niveau de lecture élevé, c’est pas un scoop non plus, hein, il est bel et bien question de Céline Minard, ici.



"Pour ma part, la forme livre m'aura réjouie tout au long de la vie, darling, peut-être pas comme grimoire mais comme grammaire, glamour, et d'être à nouveau entre tes mains sous cette forme est une idée qui me réjouit toujours. See you later, Luise. With Love"

Dur Dur de réduire tout cela à un seul titre ^^ 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire